Sélectionner une page

 

 

Cher Monsieur Papa : La mère de ma fille et moi sommes divorcés et nous partageons la garde. Mais parfois, ma fille de 2 ans ne veut pas venir avec moi. Ou, si elle le fait, lorsqu’elle est contrariée, elle veut sa maman. 

 

Que puis-je faire pour l’aider à profiter du temps que nous passons ensemble ?

 

 Tout d’abord, comme pour tant de choses liées aux enfants, essayez de ne pas le prendre personnellement. Je sais que c’est beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît – après tout, c’est vous dont les sentiments sont blessés. Mais en supposant que votre fille n’essaie pas délibérément de vous blesser (et comme elle a deux ans, il serait fou de supposer le contraire), il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles elle pourrait résister à passer du temps avec vous et/ou demander maman quand elle est avec vous :

 Si votre fille passe plus de temps avec sa maman, elle peut avoir une routine confortable qui est interrompue lorsqu’elle est avec vous. 

La solution : Demandez à votre ex de décrire leur emploi du temps typique afin de ne pas sauter quelque chose qui pourrait être important pour votre fille, comme une collation après la sieste ou sa chanson préférée au moment du coucher. 

Si vous ne voyez pas votre fille pendant de longues périodes, il se peut qu’elle vous évite pour protéger ses sentiments (pour éviter de s’ennuyer de vous lorsque vous n’êtes pas ensemble). 

La solution : Restez en contact par téléphone ou par vidéo, donnez-lui une photo de vous à garder et expliquez-lui que c’est normal que son papa lui manque, mais même lorsque vous n’êtes pas ensemble, vous pensez à elle et l’aimez. 

La plupart des enfants en bas âge passent par une phase où ils préfèrent un seul parent (souvent celui qui est du même sexe que l’enfant). 

La solution : Encore une fois, essayez de ne pas le prendre personnellement. Et soyez patient : comme toutes les phases, cela passera (en fait, il y a de fortes chances que le mois prochain, elle décide de vous préférer à maman). Dites-lui toujours que maman et vous l’aimez de la même manière, quelle que soit sa préférence du jour. 

Certains tout-petits ont du mal à supporter les transitions. C’est-à-dire que quelle que soit l’activité dans laquelle ils sont engagés, ils ne veulent pas s’arrêter. Ou, s’ils sont chez maman, ils ne veulent pas partir. (Cela ne signifie pas nécessairement qu’il préfère maman, mais simplement qu’il s’amuse en ce moment et ne veut pas que cela se termine). 

La solution : Évitez de demander : « Tu veux venir avec papa ? » Dites simplement : « C’est l’heure de jouer avec papa ! » Décrivez une activité amusante que vous allez faire ensemble, puis faites-la ! 

Il est également normal que les tout-petits préfèrent le parent qui leur donne la réponse qu’ils désirent. Par exemple, si vous insistez pour que votre fille finisse ses légumes et qu’elle n’en a pas envie, elle risque de réclamer sa maman. 

La solution : Offrez-lui du réconfort sans céder et expliquez-lui que maman appliquera également cette règle. Ne jamais assouplir les règles pour gagner son affection.

 

Quelques conseils supplémentaires pour vous aider à profiter tous les deux du temps passé ensemble :

  • Créez des activités ou des routines spéciales à faire avec votre fille, comme construire un château de princesse avec des coussins de canapé ou faire de la balançoire à bascule ensemble sur son terrain de jeu préféré, afin qu’elle puisse attendre avec impatience ce moment spécial que vous partagez ;
  • Veillez à ne pas encourager votre fille à prendre parti en lui demandant : « Tu veux aller avec papa ou avec maman aujourd’hui ? ». Les jeunes enfants ne devraient jamais être mis dans une position qui les oblige à choisir entre leurs parents (même si c’est seulement pour quelques heures) ;
  • Enfin, évitez d’essayer d’acheter l’amour de votre fille en lui offrant des friandises ou des cadeaux excessifs. Cela crée une attente impossible qui se retournera contre vous. La chose la plus importante que vous puissiez lui donner est votre amour et votre attention indéfectibles.